Christian KAROUTZOS

EXPOSITION A VENIR

MUSÉE D'ART CONTEMPORAIN DE CORDES-SUR-CIEL (Cité médiévale)


Exposition CK au musée d'art contemporain de cordes sur ciel (cité médiévle)

EXPOSITION A LA GALERIE BLEUE DU 15 AVRIL AU 15 JUIN 2013

Exposition CK à la Galerie Bleue du 15 avril au 15 juin 2013

Christian Karoutzos, d'origine grecque est arrivé en fronce à l'âge de dix ans. Très tôt, passionné par le dessin, la sculpture, la peinture, il a étudié aux Beaux-Arts à Paris, s'en est échappé en 68. D'une vie parisienne faite de boulots alimentaires, il a décidé de s'installer en province et d'y créer sa propre entreprise de Restauration et Conservation du patrimoine (Art et Bâtiment). Il a choisi l'Auvergne. Bien lui en a pris. Il prouve que l'on peut réussir ailleurs qu'à Paris. Sollicité dans toute la France, il partage sa vie entre son entreprise et sa vie personnelle faite d'écriture et de peinture. Il a créé sa propre maison d'édition pour défendre les artistes qu'il aime. Il vit et travaille à Issoire.

Est-ce cet aspect suranné qui attire immédiatement le regard ? ou la limpidité de la toile qui se caractérise par des tons rabattus , des surfaces étales et une géométrie affirmée. D'entrée, s'impose la présence du passé avant même d'avoir reconnu de près un morceau de papier ou de toile peinte, Les oeuvres exposées dans la galerie font partie d'un ensemble de 49 pièces, réalisées sur une durée courte et qui répondent à la nécessité d'attirer l'attention sur le patrimoine. De par son métier de restaurateur Christian Karoutzos assiste à la disparition de nombreux monuments soit par désintérêt des autorités, soit par manque de connaissance, ou bien indigence financière. Son origine grecque, son attachement à ce pays berceau de notre civilisation auquel l'art européen doit une partie de son histoire, et en prise directe avec les personnes liées à la conservation, à la bureaucratie, il sait qu'il faut dénoncer, batailler, expliquer, prouver pour convaincre. Convaincre du respect du passé en tant que témoignage de la pensée humaine, rappeler que le présent n'est qu'une succession de passés individuels et collectifs réconciliés. Chaque époque a eu ses «suiveurs,» encensés parce que peu dérangeants, et ses novateurs d'abord incompris puis acceptés et enfin reconnus. Rétablir la filiation qui les unit, établir des liens autres que le texte ou la parole est la raison de ces « Patrimoniales peintures ».

Les oeuvres exposées associent un fragment du passé à la peinture abstraite de C.K dans une relation étroite de forme de couleur et de symboles. Un lambeau de papier peint du 1 8eme siècle, découpé (et non déchiré donc précieusement choisi dans son dessin), est intégré a des surfaces de noir et de blanc tacheté de gris, orné d'une tache rouge. De toile en toile l'image d'un rinceau se déplace, s'agrandit, impose sa présence par un dessin plus lisible, et bascule dans le mouvement de la modernité. Dans une suite de trois toiles, on le voit « surfer sur la crête d'une surface noire assimilable à l'obscurité dont il est sorti, puis disparaître dans un mouvement descendant ; un graphisme blanc, énergique, tout en circonvolutions reprend son graphisme dans un geste contemporain, envahit toute la surface tandis que le rinceau semble camouflé sous un voile lactescent. Mise en lumière oui, mais pas trop I II y a nécessité de déchirer le voile I Plus loin, le noir affronte le blanc, dans une géométrie très ordonnée. Dans ce combat entre l'obscurité et la lumière, le fragment de rinceau se déploie, allant de la rondeur lénifiante jusqu'à la verticalité triomphante, ceci souligné par un trait de couleur conquérant I Ailleurs, des dessins personnels au crayon, dessins anciens, suggèrent que la mémoire individuelle participe du patrimoine collectif.

Outre le papier peint, des lambeaux de toile peinte sont partie prenante de grandes compositions abstraites. Matières et matériaux anciens ou actuels n'ont pas de secret pour le restaurateur d'oeuvres d'art. Les surfaces sont travaillées en glacis, les couleurs fabriquées dans des tonalités délicates et feutrées. Le peintre gratte, use, empâte, et maroufle des matériaux franchement actuels choisis pour leur force plastique. Si ces lambeaux récupérés n'apparaissent pas comme un corps étranger dans l'oeuvre c'est bien parce qu'il y a continuité plastique et symbolique. Le passage de la «déconstruction» à la « reconstruction» se fait sans fracture. La présence de grilles retient l'attention d'une classe en visite. Un enfant de neuf ans dit « le grillage c'est pour emprisonner mais c'est aussi pour protéger». En effet, le temps, l'ignorance, enferment dans l'oubli, vouent à la dégradation voire à la disparition. Il est donc indispensable de rester éveillé, et vigilant et d'assurer protection et perennité de ce qui fait notre culture. Le grillage usagé c'est le vieux, le passé; la trame blanche architecture le présent. A chaque époque son empreinte,

C'est à un moment de réflexion que nous invite Karoutzos, à une révision de notre histoire. Sa sensibilité est tellement présente, son engagement tellement évident, que l'on est touché , et sans nul doute, enrichi d'un nouveau regard critique.

Anto Alquier
Exposition CK à la Galerie Bleue du 15 avril au 15 juin 2013




SES OEUVRES


LE PARI DE LA LUCIDITÉ

Rien de ce qui est humain ne lui est étranger. Combien de fois m’a-t-il interpellé sur des faits qui n’avaient pas écorné mon indifférence ? ! Pas étonnant ; assoiffé d’absolu, cet homme embrasse l’univers. Sachant bien que le foisonnement des questions excède ses possibilités de réponses, il reformule ces questions dans ses créations artistiques. Il marque ainsi combien est vive sa conscience et viscéral son besoin de compréhension du monde ! Le fonctionnement des êtres, comme celui des sociétés, est une perpétuelle interrogation. Lorsque la lutte qu’est la vie s’achève par un échec, il ne peut s’empêcher de se demander : pourquoi ? L’incomplétude, les enchaînements de l’homme, la fatalité, sont autant de questionnements.

A sa mesure, il essaie de soulager la misère des autres, mais sa pudeur à cet égard m’interdit d’en parler. Contentons-nous d’observer dans ses œuvres sa pensée scandalisée et sa compassion authentique.

Christian Courbere -
Conservateur territorial en chef du Patrimoine

Cliquez sur une photo pour l'agrandir


Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS
Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS Oeuvre originale de Christian KAROUTZOS




CHRISTIAN KAROUTZOS EN DATES


1947

naissance à Nauplie la Vénitienne dans le Péloponnèse

1957

arrivée à Paris (études à Paris)

1973

allers et retours entre Paris et l’Auvergne

1978

installe son atelier en Auvergne

1980

1er prix du 3ème Salon d’Auvergne (Clermont-Ferrand)

1980

exposition Maison des Congrès et de la Culture (Clermont-Ferrand)

1983

exposition Maison des Artistes (Clermont-Ferrand)

1984

exposition Vic-le-comte (Puy-de-Dôme)

1986

exposition au Festival International d’Art Contemporain (Espace Aulnat, Puy de Dôme)

1986

création de sa 1ère galerie de peinture dans les bâtiments de sa
propriété de Solignat Lembron où il expose ses oeuvres

1987

exposition au Festival International d’Art Contemporain (Espace Aulnat, Puy de Dôme)

1988

exposition au musée d’Art Contemporain (Chamalières, Puy de Dôme)

1994

crée le Festival de Jazz à Issoire (Puy-de-Dôme)

1994

}créations d'affiches de Jazz

1995

2000

installation de la 2ème galerie d’art plastique dans ses ateliers de conservation
et restauration d’oeuvres d’art où il expose ses propres créations et celles d’autres
artistes, dont il est le commissaire d’exposition

2003

création des Éditions d’Art KC

2006

création de la Galerie d’Arts Plastiques CK, à Clermont-Ferrand
où il accompagne la carrière de quelques protégés comme
Aline, Assémat, Coffignier, Correa, Cournarie, Jonin, Merolli,
Renault etc…

2009

exposition, Patrimoniales Peintures de Christian Karoutzos à
la Galerie CK

2011

exposition, Patrimoniales Peintures au Musée des Beaux Arts et d’Archéologie de Châlons-en-Champagne

2013

exposition, Patrimoniales Peintures à la Galerie Bleue (Riscles - Gers)

2014

En septembre 2014, exposition, Patrimoniales Peintures au musée Toulouse Lautrec (Albi - Tarn)

Parallèlement à sa création personnelle Christian Karoutzos restaure
des œuvres d’art et d’histoire dans ses ateliers à l’architecture contemporaine
en Auvergne .